UK flagFrench flag

Nous contacter

info@alpsaccommodation.com
+33 (0)4 50 98 50 56

Traces Fraîches à Samoëns et dans le Grand Massif !      (English)

While you sleep, the wildlife of the valley come to life!
Can you tell which animal left these tracks?
These tracks have been left by a more familiar species!
The snow covered slopes of the Grand Massif are littered with networks of trails.

Les vacances scolaires ici à Samoëns et dans le Grand Massif ont commencé dans des conditions parfaites et dans la poudreuse. Où que vous posiez les yeux, vous trouvez l’éclat magique d’une neige d’un blanc pur, et ce jusqu’au fond de la vallée. Et avec des températures nocturnes basses, le manteau est là pour durer ! Les conditions sont superbes pour le ski et le snowboard, mais jetez donc un coup d’œil autour de vous, et vous vous apercevrez qu’une grande variété de créatures laisse des traces fraîches cet hiver au Grand Massif.  

Renards et chevreuils, sangliers et blaireaux, lièvres variables, chamois, bouquetins, tétras lyres, corbeaux – et même loups ! Il est fascinant de découvrir combien d’espèces animales vivent dans la vallée du Giffre et le Grand Massif. Tenter de reconnaitre leurs traces dans la neige est encore plus fascinant, sans oublier vraiment amusant pour toute la famille ! Que vous vous promeniez à pied à travers la forêt enneigée autour de Samoëns, que vous fassiez du ski de fond autour du Lac Bleu, ou que vous dévaliez les pistes – les indices que laissent les résidents sauvages sont tout autour de vous. Il se pourrait même que vous en aperceviez du télésiège ou dans la file d’attente !  

On aperçoit souvent des chamois du télésiège Sairon à Morillon, ou sur celui des Lindars-Nord où ils traversent souvent la face enneigée de la Tête du Colonney. Ouvrez bien les yeux pour repérer le lièvre variable la prochaine fois que vous prenez le Chariande Express à Samoëns, ou si vous pratiquez le ski de rando dans les belles montagnes de Sixt-Fer-à-Cheval. Les traces du lièvre variable sont probablement les plus faciles à repérer entre toutes ! Elles ressemblent à un triangle inversé, ou un Y majuscule – une forme unique créée lorsque le lièvre pose ses petites pattes avant en premier sur le sol, puis en avançant ses grandes pattes arrière pour compléter sa foulée. La distance entre les traces vous dira à quelle vitesse votre compagnon à fourrure se déplaçait – plus l’espace est grand, plus le saut est grand, et rapide !

Tandis que les traces du lièvre variable sont faciles à identifier, repérer celles des autres animaux de montagne peuvent être plus délicat. A moins bien-sûr d’avoir reçu les superbes conseils de votre guide raquette résidant ! L’équipe d’Alps Accommodation a eu la chance récemment de passer un peu de temps avec Arno De Jong, de l’entreprise Snowshoe Samoëns, qui nous a indiqué les questions à se poser lorsque vous essayez d’observer la faune.

Où vous trouvez-vous, et que pouvez-vous imaginer vivre ici ?

L’environnement, c’est-à-dire la flore et donc la nourriture et l’abris disponible, dicte quels types d’animaux sont présents. Par exemple, les forêts d’épicéa ici sont le rêve pour les écureuils car lorsque toutes les autres formes de nourriture se rarifient en hiver, il y a toujours les bourgeons d’épicéa avec lesquels se nourrir. D’ailleurs, si vous pensez avoir repéré les traces d’un écureuil, regardez donc s’il y une pile de bouts de branches au sol. Les écureuils adorent laisser un fouillis organisé derrière eux !

Arno nous explique qu’il existe 5 niveaux de végétation en région montagneuse, chaque environnement ayant ses propres espèces. Ici dans la vallée du Giffre, nous avons les 5 niveaux, mais le Montagnard et Subalpin sont les plus intéressants pour la faune. Pour la bonne et simple raison qu’ils offrent la plus grande variété d’arbres et de végétaux, et donc la plus grande variété alimentaire, ce qui signifie plus d’animaux ! Par chance, la plupart des activités dont vous profitez ici dans le Grand Massif se font aux niveaux Montagnard et Subalpin. 

Il est donc logique de penser à l’environnement en premier lieu, mais quels autres facteurs considérer lorsque l’on tente d’identifier la trace d’un animal ?

Est-ce une main, un sabot ou une patte ?

Arno nous explique qu’il existe 3 grandes catégories de traces animales – main, sabot et patte. Une fois que vous avez trouvé à quelle catégorie la trace appartient, vous pouvez commencer à limiter vos options. Les traces de mains sont faciles car, évidemment, elles ressemblent à des mains ! Ici au Grand Massif, les animaux les plus susceptibles de laisser de telles traces – à part vous et moi évidemment ! – sont les écureuils et les hérissons, avec leurs petites paumes et leurs plus longues griffes. Les traces de pattes sont également faciles à identifier, et appartiendront probablement à un chat, chien, renard, lièvre, ou si vous avez de la chance, à un lynx ou encore à un loup ! 

Le lynx et le loup sont extrêmement rares et comme vous le savez maintenant, le lièvre variable est très simple à identifier. Donc en ce qui concerne les traces de pattes, vous aurez probablement affaire à un chat, un chien, ou encore à un renard. Les traces de renard ont la même forme que celles du chien, seulement elles sont plus fines et moins arrondies. C’est parce que les orteils du renard sont plus serrés que ceux du chien. Un renard se déplace aussi en ligne droite, tandis que le chien a des mouvements plus irréguliers.  

En ce qui concerne les traces de sabots, celles-ci seront de formes régulières et ovales. Les animaux biongulés (à sabots) comme le chevreuil, le chamois et le sanglier sont également plus lourds que les autres animaux, leurs traces seront donc plus profondes dans la neige. La forme, la profondeur, la largeur et la longueur d’une empreinte, ainsi que la taille de chaque pas sont tous des éléments importants à considérer. Par exemple, le cerf avec ses longues pattes peut avoir une foulée de 1m50, ce qui est beaucoup plus long que la foulée d’un sangliers court sur pattes. L’empreinte laissée par un sanglier sera aussi plus large que celle d’un chevreuil ou d’un chamois, avec les ongles légèrement plus évasés.

Un autre de nos guides de randonnée raquettes préféré, Jamie Carr, lui aussi a observé un grand nombre de signes de vie animale récemment. Il nous raconte qu’il y a une abondance de sangliers dans les forêts près du Lac Bleu, et des troupeaux de chevreuils viennent toutes les nuits s’abreuver dans le lac et le Giffre, laissant derrière eux un spectacle de traces au matin. Une randonnée en raquettes guidée, ou une sortie en ski de randonnée sont d’excellents moyens de se rapprocher de la nature, et d’apprendre à reconnaitre d’avantage les empreintes animales. Il s’agit également d’une autre superbe activité supplémentaire parmi toutes celles proposées ici à Samoëns et dans le Grand Massif pendant les semaines de haute-saison. Les guides Arno et Jamie viennent tous deux vivement recommandés et proposent une grande gamme de sorties et d’aventures dans la neige. Nos amis chez les écoles de ski Zig-Zag et 360 peuvent également vous aider à organiser de fabuleuses sorties « pistage d’animaux ». 

L’équipe du Grand Massif organise aussi de superbes activités sur le thème de la faune sauvage pendant les périodes de vacances. Les enfants adoreront tester leurs connaissances au quiz du SeptiSnake à Samoëns. Ou vous pourrez encore profiter de la descente à travers les bois de la piste Marvel à Morillon et vous arrêter en cours de route pour tout apprendre de la faune locale – vous y trouverez de superbes panneaux d’interprétation !

Où que vous vous trouviez dans notre paradis hivernal cette saison d’hiver, armé de vos toutes nouvelles connaissances en pistage, vous pourrez observer les signes de la vie animale DE TOUTE PART !

Quiz – Combien d’empreintes saurez-vous identifier ?

Petit indice : toutes ne sont pas animales ! Survolez la photo avec le curseur de la souris et révélez la réponse (ou appuyez et maintenez le doigt sur un appareil mobile).

Samoëns